Tout savoir sur la cosmétique bio


Les ingrédients de base des cosmétiques bio

Vous vous demandez de quoi les produits cosmétiques bio sont composés ? Ils sont fabriqués à partir d’ingrédients naturels, dont une partie issue de l’agriculture biologique.Dans les formules, comme celles des produits N.A.E., on trouve la plupart du temps, des huiles végétales bio, des hydrolats (ou eaux florales) bio, des huiles essentielles bio, mais aussi des extraits végétaux comme le gel d’aloe vera, le beurre de karité bio, etc. Au total, un produit bio doit contenir au minimum 10% d’ingrédients bio sur le total du produit, et 95% minimum d’ingrédients bio sur l’ensemble des végétaux. L’eau, qui n’est pas « certifiable », est souvent l’un des principaux composants d’un produit cosmétique. Le produit peut aussi contenir des ingrédients minéraux, qui ne peuvent être certifiés.

Des produits qui répondent à un cahier des charges très strict

Les cosmétiques bio sont dénués de toute substance nocive pour la santé ou pour l’environnement. C’est le choix qu’a fait la marque certifiée bio N.A.E. Ils proscrivent les silicones, les huiles minérales, les parabens, le phénoxyethanol, les PEG, la paraffine, les parfums de synthèse… Les ingrédients issus de la pétrochimie sont donc bannis. Certains ingrédients de synthèse sont autorisés, mais dans des quantités très limitées : 5% de la formule. C’est le cas de certains conservateurs notamment ou de détergents dans les produits à rincer.

Des produits certifiés par un label

Le label bio est un gage de sécurité et d’authenticité. Il en existe plusieurs. Parmi les plus répandus en Europe, Nature ne se concentre pas sur un produit mais sur une gamme ou une marque entière. Pour être certifiée, 75% de la gamme doit respecter le cahier des charges du label. Le label Nature garantit qu’au moins 95% des substances naturelles (hors eau) sont bio. Le label Cosmos organic de Cosmebio, lui, indique que 95% minimum des ingrédients sont d’origine naturelle, et 95% minimum d’ingrédients bio sur l’ensemble

(...) Cliquez ici pour voir la suite