Tout savoir sur la figue

Fossilisée en région parisienne

D’un point de vue botanique, la figue est un faux fruit, comme la fraise, avec un réceptacle charnu qui abrite de minuscules fleurs. Une fois fécondées et arrivées à maturité, elles forment cette chair blanche à rosée parsemée de petites graines qui croquent sous la dent. C’est le fruit du figuier commun, un arbre qui pousse depuis des millénaires dans le bassin méditerranéen… mais pas seulement ! Des empreintes de feuilles fossilisées dans le tuf (roche poreuse) de Vernou-la-Celle, en Seine-et-Marne, attestent ainsi de sa présence il y a 400 000 ans, dans une région parisienne au climat alors méditerranéen.

Domestiquée en Palestine

On cultivait déjà la figue 9 000 ans avant J-C. Ce qui fait d’elle le plus ancien fruit domestiqué par l’homme, aussi vieux que le riz en Asie ! Sa culture était alors répandue dans le Moyen Orient. Les Phéniciens l’exportent en Occident, les Carthaginois, puis les Grecs intensifient la production et les Romains propagent ce savoir dans tout le bassin méditerranéen.

Sacrée en Egypte

Du temps des pharaons, les Egyptiens percent à jour le secret de l’association du figuier avec le blastophage, ce minuscule insecte sans qui la fécondation des fleurs cachées dans la figue ne peut avoir lieu. Une découverte qui leur permet d’améliorer le rendement à la grande joie de Cléopâtre… au point qu’elle aurait caché l’aspic devant la tuer dans une corbeille de ces fruits. A Rome aussi, on en raffole. Pour le poète latin Horace, l’origine du nom « foie », ficatum, revient à un éleveur romain qui, pour obtenir un foie gras goûteux, engraissait ses oies avec des figues.

Goûtée à la table du Roi-Soleil

La culture du figuier a été introduite en France par les Grecs au VIe siècle avant J.-C. Mais il faut attendre le règne de Louis XIV pour qu’elle connaisse un réel succès. Le jardinier du roi, Jean-Baptiste de La Quintinie, fait planter 700 arbres à Versailles. Trop fragile pour être transportée, la figue est aussi produite près

(...) Cliquez ici pour voir la suite