Tout savoir sur la gastronomie polonaise

Halte aux clichés ! Les assiettes polonaises ne se composent pas que de patates à l’eau et de betteraves insipides ! Si la réputation de la Pologne tient généralement plus à son histoire et à ses richesses architecturales qu’à sa gastronomie, la scène culinaire est loin d’être celle d’un pays qui sort des chaînes du communisme. Depuis une dizaine d’années, une nouvelle génération de chefs a su moderniser la cuisine en associant traditions séculaires, influences des pays voisins et tendances contemporaines. Des produits comme le gibier, autrefois servi sur les tables de la noblesse, se retrouvent dans tous les foyers et dans les restaurants autour de la place du marché principal de Cracovie, Rynek GlÓwny, plus grande place médiévale d’Europe. On mange aussi bien des raviolis comme en Ukraine, que du goulache et des pâtisseries comme en Hongrie, ou de la charcuterie et des harengs comme en Lituanie.

Une reconnaissance attendue et méritée

Preuve que la Pologne offre une cuisine riche, cosmopolite et diversifiée, la deuxième ville du pays, Cracovie, a été choisie comme capitale européenne de la gastronomie en 2019. Autour de cette nomination honorifique, de nombreux événements ont été organisés tout au long de l’année, à l’instar des festivals de pierogis (raviolis) ou d’obwarzanek (pain tressé en forme d’anneau), de l’inauguration d’itinéraires thématiques à travers la ville et de la venue de grands chefs internationaux. Si la France a encore du mal à adopter les goûts parfois déroutants des spécialités locales, elle offrira peut-être une reconnaissance internationale à Cracovie en distribuant prochainement quelques étoiles via son célèbre Guide Michelin.

Les incontournables

Le żurek : une soupe repas. Cette soupe aigre traditionnelle à la farine de seigle fermentée, aux légumes (carottes, persil, céleri) et au cumin est agrémentée de lardons fumés, de saucisse blanche et d’œufs durs. On la sert parfois dans une miche de pain évidée.

Les pierogis : des raviolis végétariens.

(...) Cliquez ici pour voir la suite