Tout savoir sur le guanaco, le lama sauvage d'Amérique du Sud

© Getty Images/iStockphoto

Comme le lama, la vigogne et l’alpaga, le guanaco est un camélidé d’Amérique du Sud, mais il n'a jamais été domestiqué. Jadis chassé pour sa laine, cet herbivore vit toujours dans des zones protégées du Pérou, du Chili, et surtout d'Argentine, qui concentre près de 90 % de sa population. Sa particularité ? Son sang transporte plus efficacement l'oxygène que beaucoup d'autres mammifères terrestres, et lui permet de vivre jusqu'à 4.000 mètres d’altitude, sur les hauts plateaux de la Cordillère des Andes ! Mais suite à l'introduction d'espèces invasives et à la dégradation de son habitat, le nombre de guanacos est aujourd'hui estimé à 600.000 individus, contre près de 50 millions au XIXè siècle.

Avec son grand cou et ses longues oreilles, le guanaco est plus fin et plus petit que le lama. Il mesure en moyenne 1,20 m au garrot. Sa fourrure, moins fournie, varie du brun clair au rouge orangé sur le dos, le ventre et l’arrière des pattes étant de couleur blanche. Ses grands yeux aux cils épais le protègent de la poussière et du vent, tandis que ses pieds à deux doigts lui assurent une bonne prise sur le sol rocheux.

Du cri au grognement, le guanaco utilise un large répertoire de sons pour communiquer avec ses congénères. La position de ses oreilles indique en plus s’il est détendu, inquiet, soumis ou agressif. Face au danger, il se défend en crachant un mélange de salive et d'aliments pré-digérés, qui peut atteindre 1,8 mètre de distance. Et lors des combats entre mâles, parfois violents, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite