«Comment savoir si je suis influencée par mon enfance ou s'il se fout de ma gueule?»

«Il paraît bien sincère à tout le monde, sauf à moi.» | Eric Ward via Unsplash
«Il paraît bien sincère à tout le monde, sauf à moi.» | Eric Ward via Unsplash

Chaque jeudi, dans Ça tourne pas rond, Mardi Noir, psychologue et psychanalyste, répond aux questions que vous lui posez. Quelles que soient vos interrogations, dans votre rapport aux autres, au monde ou à vous-même, écrivez à mardi.noir@slate.fr, tous vos mails seront lus.

Et chaque mardi, retrouvez le podcast sur Slate Audio.

Chère Mardi Noir,

Voici mon «pedigree»: je suis née dans une famille dysfonctionnelle où régnait la violence conjugale, puis ont eu lieu un divorce, un remariage et la descente aux enfers. J'ai subi séquestration, viols, coups, insultes, menaces, jusqu'à mes 18 ans.

À 19 ans, j'ai eu mon premier enfant. J'ai aujourd'hui 24 ans et quatre enfants. Depuis le début de la relation avec mon mari, ça n'a jamais fonctionné. Il m'a trompée encore et encore, menti sans cesse. Il m'a dit des choses très humiliantes. Jusqu'au jour où je lui ai dit «je te quitte et j'emmène les enfants avec moi». Depuis, c'est un ange. Oui mais, moi et ma vie de chiotte depuis la naissance, on n'est pas dupes. Disons que je le crois à 1% quand il dit «je regrette, j'ai honte de moi, plus jamais je ne te ferai de mal». Il paraît bien sincère à la psychologue qu'on a vue dans le cadre d'une thérapie de couple. Il paraît bien sincère à n'importe qui est au courant de l'histoire, à vrai dire. À tout le monde, sauf à moi.

Alors comment savoir si je me laisse influencer par mon enfance calamiteuse qui me fait voir tout en plus négatif que ça ne l'est, ou si effectivement j'ai vu juste et qu'il se fout de ma gueule, qu'il n'a pas de remords ni l'intention de me respecter à l'avenir? J'ai vu treize thérapeutes en tout dans ma vie (psychologues, psychiatres, sophrologues, etc.) pour tenter de me remettre au mieux de mes traumatismes d'enfance. Je pense être devenue très consciente de moi-même via ce processus. Je suis très au clair...

Lire la suite sur Slate.fr.