Tout savoir sur l’acné hormonale

Pauline Jacmart
·1 min de lecture

Rougeurs, points noirs, boutons… Si on pensait leur avoir dit adieu après l’adolescence, c’était sans compter sur l’acné hormonale. Zoom sur ce phénomène qui pointe le bout de son nez sans crier gare !

L’acné telle qu’elle soit est presque toujours liée à un phénomène hormonal. En effet, les hormones stimulent (ou non) l’activité des glandes sébacées situées sous notre épiderme à l’origine de la production de sébum. Ces glandes provoquent donc, sur le visage et parfois sur le corps, de l’acné de l’adulte dont 80 % des personnes touchées sont des femmes. Comment la reconnaître ? Quels sont les facteurs ? Et surtout, comment y faire face ? On a posé nos questions au Dr Deshayes, dermatologue et consultant scientifique Vichy.

Comment reconnaître une acné hormonale ?

L’âge moyen de l’acné hormonale, dite de la femme adulte, est de 35 ans. Si elle peut, comme son nom l’indique, apparaître brutalement à l’âge adulte, on considère que dans 20% des cas l’acné persiste de l’adolescente à la femme, c’est-à-dire se prolonge au-delà de 25 ans. Et comme toute forme d’acné, celle-ci a pour origine un pore obstrué et la production trop importante de sébum. Elle se manifeste ensuite par l’émergence de lésions rétentionnelles, autrement dit des microkystes et des comédons (dont les points noirs). Si ces lésions sont souvent moins visibles qu’à la puberté, elles se distinguent très bien au toucher. Et si elles sont trop ou mal manipulées, ces lésions peuvent laisser place à des inflammations de l’épiderme se manifestant sous forme de boutons et de rougeurs. À terme, des croûtes ou cicatrices peuvent subsister....

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi