Tout savoir sur le métier de primeur

·1 min de lecture

Qu’elles sont belles ses courgettes, ses tomates et ses fraises ! Joliment présentées, parfaitement alignées, elles attirent l’œil autant qu’elles mettent l’eau à la bouche. Là est tout le talent du primeur. Sur le marché ou en magasin, ils sont 12.000 à pied d’œuvre le jour à peine levé, pour organiser et étiqueter au cordeau leurs étals. Quelques heures plus tôt, auprès des producteurs et des grossistes, ils ont goûté et sélectionné avec soin leur marchandise. Locaux, frais, mûrs à point et de saison de préférence, leurs produits sont aussi parfois exotiques, bio, de variétés anciennes ou, à l’inverse, tout juste créées.

Ambassadeur d’une alimentation saine, le primeur ne manque ni de pêche ni de bagout pour convertir les récalcitrants, en diversifiant leur offre de morceaux prêts à consommer -épluchés, coupés, lavés-, de plateaux de crudités, de corbeilles de fruits ou encore en orchestrant des ateliers culinaires. Ces nouvelles tendances ont pris un tel essor que, le 14 juin 2021, s'est tenu sur le marché de gros de Lyon-Corbas la troisième édition du concours des Corbeilles d’Or. Un évènement parrainé par le chef triplement étoilé Laurent Petit.

Si seulement un tiers des adultes mangent les cinq fruits et légumes quotidiens recommandés, chaque foyer en achète en moyenne 198 kg par an. Ce chiffre en hausse est la récompense d’un savoir-faire plus que jamais reconnu et valorisé. La profession a ainsi accédé, en 2011, au prestigieux concours des Meilleurs Ouvriers de France et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles