Tout savoir sur sa machine à laver

·2 min de lecture

Une machine premier prix convient tout à fait au quotidien, et propose quelques programmes classiques : coton, laine, délicat… Il en existe de plus spécifiques que vous choisirez selon vos besoins : pour le linge de bébé, contre les allergies, pour les sportifs… A savoir : l’usage de la vapeur se démocratise, même en moyenne gamme. C’est un plus non négligeable : la vapeur permet de rafraîchir le linge, de le défroisser et même d’éliminer les bactéries.

La capacité des machines a considérablement augmenté, il n’est pas rare aujourd’hui de trouver des modèles de 10 kilos, voire de 13 kilos, pour un encombrement identique. Reste à savoir si un tel modèle vous sera utile ou pas. Pour laver une couette, une couverture en lainage ou une housse de fauteuil, d’accord, mais si vous vivez en solo ou en couple, un modèle d’une capacité de 7 à 9 kilos est amplement suffisant. A savoir : de plus en plus de modèles sont équipés d’un programme de pesée automatique, qui adapte la quantité d’eau nécessaire selon la charge et le degré de salissure du linge.

Pour dépenser moins d’électricité, choisissez un modèle à moteur à induction (ou moteur Inverter), aujourd’hui répandu sur les machines. En évitant le frottement, il est moins gourmand en énergie, et rend le lave-linge plus silencieux. Vous limiterez aussi les frais en combinant un programme à faible température (20 °C) avec un cycle court. Enfin, plus l’essorage est élevé (jusqu’à 1 600 tours/min), plus le temps de séchage sera court. A savoir : un appareil de classe A+++, est de 20 à 50 % plus économe qu’un modèle A+.

Si vous n’en mettez pas assez, le linge sera mal lavé. Et si, au contraire, vous en mettez trop, le lave-linge va multiplier les rinçages pour l’éliminer, et donc consommer davantage d’eau et d’électricité. Pour simplifier la chose, optez pour une machine à dosage automatique. Ces modèles sont de plus en plus répandus en milieu et en haut de gamme : Beko, Electrolux, Bosch, AEG, Samsung, Miele… Le réservoir à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite