Tout savoir sur les masques FFP2, plus efficaces contre le Covid-19

·1 min de lecture

S’ils sont plus protecteurs que les chirurgicaux, ils sont également plus chers.

Depuis une semaine, les contaminations quotidiennes au Covid-19 explosent : le 5 janvier 2022, 332 252 nouveaux cas ont été détectés. C’est un record absolu. Face à la cinquième vague de l’épidémie, portée par le variant Omicron, sensiblement plus contagieux que les précédents, les ventes de masques FFP2 explosent. 

À lire aussi >> Comment accepter un futur avec le virus

Privilégiés au début de l’épidémie, notamment dans les hôpitaux, ils ont progressivement été remplacés pour le grand public par des masques chirurgicaux basiques et des versions en tissu. Ces derniers ne sont pas interdits, mais ne peuvent plus être portés en entreprise, à l’école et dans les transports en commun.

Une double-filtration

Dans plusieurs pays voisins, comme l’Autriche ou l’Italie, les masques FFP2 ont été rendus obligatoires dans les commerces et les transports. En cause : une meilleure filtration, à la fois interne et externe. Les masques chirurgicaux filtreraient « 80 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm », alors que les masques FFP2 ont une efficacité de 94%, détaille notamment le site du ministère de la Santé. 

Les masques dits chirurgicaux sont « destinés à éviter lors de l’expiration de celui qui le porte, la projection de sécrétions des voies aériennes supérieures ou de salive pouvant contenir des agents infectieux transmissibles », tandis que les FFP2, dits « de protection respiratoire individuelle », protègent également...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles