Tout savoir sur la patate douce

Zoom sur la patate douce

L’origine du mot patate douce n’est pas très claire. Le fait que ce soit un tubercule, c’est-à-dire un légume issu d’une tige souterraine, et son nom latin d’origine ipomoea batatas l’ont assimilée au nom espagnol « papata ». L’usage a fait le reste. L’adjectif « douce » est venu s’ajouter au nom pour éviter la confusion avec notre célèbre pomme de terre. Il souligne aussi une saveur sucrée, très différente de cette dernière.

La patate douce est considérée comme un féculent au même titre que la pomme de terre. Son taux de glucides au 100g est presque équivalent (20g contre 17g). En revanche, son taux d’amidon est bien plus important, jusqu’à 18% selon les variétés.

Disponible en toute saison, la patate douce arrive au 7e rang des productions annuelles derrière le blé, le riz, le maïs, la pomme de terre, l’orge et le manioc avec une production d’environ 113 millions de tonnes annuelles. Elle est principalement cultivée en Chine (72 millions de tonnes). Dans certaines régions, notamment africaines (Ouganda, Rwanda…), elle constitue un aliment de base.

Des bienfaits nutritionnels nombreux

La patate douce est particulièrement prisée pour ses vitamines. Comme l’indique sa jolie couleur orangée, c’est une excellente source de provitamine A ou bêta-carotène, indispensables aux tissus, au système immunitaire, à la croissance et pour la vue. Elle contient aussi de la vitamine C, B6, B9 et des oligo-éléments (cuivre, manganèse). Enfin, c’est une source d’antioxydants non négligeable. Elle est sensiblement plus calorique que la pomme de terre avec une valeur de 77 kilocalories aux 100g, ce chiffre pouvant beaucoup augmenter selon la façon dont on la cuisine.

Comment cuisiner la patate douce

La patate douce se cuisine de plusieurs manières : bouillie, frite, en purée ou gratin, mais en respectant quelques règles propres à ce surprenant légume. Elle peut faire l’objet d’un plat principal comme d’un accompagnement. En remplaçant la pomme de terre par de la patate

(...) Cliquez ici pour voir la suite