Tout savoir pour peindre son plafond comme un pro

Barbara Neyman
·2 min de lecture

Pour cause de travaux ou de renouveau, nous voilà prêts à dégainer notre rouleau pour s’attaquer au plafond. Mais avant de se lancer, on vous dit tout sur le choix du pinceau, l’application de la peinture sans faire de traces ou encore… comment éviter de se faire mal.

Un nouveau chez soi, une envie de changements ou tout simplement de rafraîchir un intérieur un peu fané et notre besoin de jouer du pinceau s’affole. S’il est convenu qu’il est possible de structurer une pièce avec de la peinture, on n’en oublie pas le plafond. Apporter de la couleur ou non à cette paroi et c’est toute sa face qui en est changée. Outre le choix des matériaux et ustensiles, on n’omet pas de protéger convenablement sol, radiateurs, mobilier et tout ce qui ne peut être déplacé. Une évidence, soi. Mais avant de se lancer dans ce travail d’équilibriste, on ne néglige pas non quelques autres usages.

A lire aussi >> Cet appartement coloré bouscule les codes du classique

Quel rouleau choisir pour peindre un plafond ?

Les bons outils font les bons ouvriers. Et en matière de peinture cela a d’autant plus d’importance si l’on veut un résultat impeccable. C’est donc avec minutieux que le choix du rouleau s’opère. On privilégie un modèle en fibres synthétiques, polyamide, de taille moyenne d’environ douze millimètres. Plus les fibres seront grandes, plus elles seront couvrantes et donc idéales si le plafond et recouvert de crépi, de toile de verre ou toutes autres matières structurantes et non lisses.
La taille compte aussi. Plus la surface à peindre sera grande, plus le rouleau sera large. Pour bien faire, celui-ci doit mesurer entre 18 et 25 centimètres.
Bien évidemment, on le choisit anti-goutte, reconnaissable...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi