Tout savoir sur les sardines à l'huile

Les Bretons conservaient déjà les sardines dans le sel à l’époque gallo-romaine, mais l’appertisation (la conserve, inventée en 1795) a révolutionné leur consommation. Les premières sardines en boîte (1810) sont attribuées à Joseph Colin, confiseur nantais. La production devient industrielle dès 1824, et les conserveries se multiplient alors aux abords des ports de la côte Atlantique. Le petit poisson peut désormais être dégusté loin du littoral et s’invite dans les foyers. En 1879, les 150 conserveries installées du Finistère à la Vendée produisent 82 millions de boîtes. En 1954, le secteur connaît son apogée et l’on compte 234 conserveries de poissons en France. Elles ne sont plus que 16 aujourd’hui, mais les Français restent de gros consommateurs : ils en ont acheté 16.746 tonnes en 2018, et les ventes ont explosé pendant le confinement.

Les sardines de qualité, relevant d’une préparation "à l’ancienne", sont mises en boîte à la main. Elles sont nettoyées, vidées et étêtées au couteau, puis frites rapidement dans un bain d’huile. Elles sont ensuite égouttées, rangées dans leur boîte et couvertes d’huile et d’aromates, selon les recettes. Cette cuisson en friture va former une enveloppe autour de la chair du poisson, empêchant l’huile d’y pénétrer rapidement et permettant aux sardines de confire lentement avec le temps. Les sardines industrielles sont, quant à elles, cuites à la vapeur. L’huile va donc pénétrer directement dans la chair et donner des sardines plus grasses, malgré (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles