Tout savoir sur la sauce financière

D’où vient la sauce financière ?

La sauce financière est l'une des grandes spécialités du terroir lyonnais ! À l'origine, elle était préparée à partir d'un bouillon de pot-au-feu, mais au fil du temps, sa recette a évolué. Il en existe aujourd'hui plusieurs variantes plus ou moins crémeuses, généralement élaborées à partir d'un roux (à comprendre : un mélange de farine et de matières grasses) mouillé par du lait, du bouillon de volaille ou bien encore par du madère, le célèbre vin originaire du Portugal. Ce même vin qui était déjà utilisé par le grand chef cuisinier Antonin Carême (1784-1833) lorsqu'il inventa les célèbres vol-au-vent ! Depuis, la sauce financière fait toujours partie intégrante de cette recette, mais elle est aussi incontournable lors de la préparation des bouchées à la reine...

Comment réaliser une véritable sauce financière ?

Si les habitants de la région lyonnaise ont la chance de trouver des pots de sauce financière dans le commerce – preuve indiscutable de sa grande popularité locale –, c'est loin d'être aussi simple dans le reste de la France. Heureusement, vous pouvez préparer facilement cette sauce savoureuse vous-même ! En effet, bien qu'il en existe plusieurs versions, sa recette de base reste très accessible, puisque vous aurez seulement besoin, pour 4 personnes, de :

2 cuillères à soupe de farine25 g de beurre0,5 l de bouillon de volaille1 cuillère à soupe de concentré de tomate125 g de champignons de Paris coupés en tranche10 olives vertes1 verre de madère (facultatif)du sel et du poivre

Faites revenir vos champignons à la poêle avec une noisette de beurre avant de préparer votre roux en mélangeant la farine, le beurre et le bouillon de volaille. Ajoutez ensuite le madère, le concentré de tomates, les olives et les champignons : 10 minutes à mijoter à feu doux et vous n'aurez plus qu'à assaisonner votre sauce à votre goût avant de la servir !

Nos conseils pour préparer du veau à la sauce financière

Le veau fait sans nul doute partie des viandes

(...) Cliquez ici pour voir la suite