Schizophrénie : comment reconnaître les symptômes et quels sont les traitements ?

Qu’est-ce que la schizophrénie ?

Un peu d'histoire. À la fin du 19ème siècle, l'aliéniste allemand Emil Kraepelin décrit pour la première fois la schizophrénie qu'il qualifie de " démence précoce " : il évoque une maladie qui évolue nécessairement vers un déclin cognitif. Les choses se précisent au début du 20ème siècle avec Eugen Bleuler : le psychiatre suisse identifie la pathologie et ses 3 symptômes caractéristiques. Il la nomme " schizophrénie ", du grec " schizein " (qui signifie " fractionné ") et " phrèn " (qui désigne l'esprit) – il met ainsi l'accent sur les symptômes dissociatifs des malades.

La schizophrénie, c'est quoi ? La schizophrénie est une maladie psychiatrique qui concerne 1 % de la population : en France, 1 personne sur 100 serait donc touchée – les hommes autant que les femmes. Les premiers symptômes de la pathologie apparaissent entre 15 ans et 25 ans, période de maturation du cerveau : ils sont qualifiés de " prodromes ". En-dehors de certains cas rares, les enfants ne sont pas atteints.

Attention ! " La culture populaire véhicule énormément de clichés sur la schizophrénie, et certains participent à la stigmatisation des malades " affirme le Dr. Sarah Smadja, médecin psychiatre. En vrac : non, les patients atteints de schizophrénie n'ont pas plusieurs personnalités (" c'est une pathologie totalement différente " explique la spécialiste) ; non, les patients atteints de schizophrénie ne sont pas forcément des criminels (" ils sont (et de loin) plus fréquemment victimes d'agressions qu'auteurs ! "). Stop aux idées reçues !

Quels sont les symptômes de la schizophrénie ?

La schizophrénie est une maladie qui se définit à travers 3 types de symptômes, dont les proportions sont différentes en fonction des patients – il n'y a donc pas une " schizophrénie-modèle " mais de nombreuses variations !

Les symptômes positifs ou productifs

Attention : bien que l'on parle de " symptômes positifs ou productifs ", cela ne signifie pas qu'ils sont bénéfiques pour le

(...) Cliquez ici pour voir la suite