Sean Connery : un monstre du cinéma en dix grands rôles

Par Philippe Guedj et David Mikanowski
·1 min de lecture
« L'homme qui voulut être roi », de John Huston (1975), d'après le roman de Rudyard Kipling. 
« L'homme qui voulut être roi », de John Huston (1975), d'après le roman de Rudyard Kipling.

Un oscar, trois golden globes, deux bafta awards? Pour sûr, elle avait fière allure la carrière de Sean Connery bien après qu'il a rengainé le Walter PPK de son alter ego James Bond. Très loin des capacités de jeu limitées que lui prêtait Ian Fleming, l'acteur écossais su non seulement arrêter à temps de jouer 007, mais aussi enchaîner avec panache d'inoubliables rôles sous la direction de grands réalisateurs.

Même si, forcément, son CV post-Les Diamants sont éternels regorge aussi de splendides navets, ils sont largement éclipsés par plusieurs autres grands films qui ont marqué pour toujours les mémoires des cinéphiles et du grand public. Revue de détail de quelques-uns des rôles les plus inoubliables de sir Sean Connery.

Lire aussi Sean Connery, l'éternel James Bond, est mort

James Bond, de Dr No (1962) à Jamais plus jamais (1983)

Sean Connery fut le premier James Bond. Et pour certains, l'unique. Ian Fleming, l'auteur des romans, doutait que cet inconnu, issu de la classe ouvrière, puisse incarner son héros avec élégance, rêvant plutôt de Cary Grant ou de David Niven. Mais Sean a du sex-appeal et toutes les caractéristiques physiques du héros imaginé par l'écrivain. Ayant quitté l'école à 17 ans pour s'engager dans la marine, c'est un dur, un vrai. L'Écossais est magnétique en 007. Mélange de brutalité et de muflerie, de virilité et de nonchalance, il a semé la mort, impassible, dans sept épisodes de la franchise. Lassé de n'être aux yeux du public qu'un s [...] Lire la suite