Selon une étude, une personne sur quatre rechute après un burn-out

Une nouvelle étude alerte sur le fléau que représente le burn-out. Et pour cause, il est difficile de s’en défaire, d’ailleurs une personne sur quatre rechute.

Le Covid a eu de lourdes conséquences sur le rythme de vie et de travail des Français. Un chamboulement qui a eu un impact direct sur les salariés et sur leur mental. Résultat ? Le nombre de burn-out a augmenté. Le problème, c’est qu’il est compliqué de se sortir de cette détresse psychologique. Une récente étude a d’ailleurs affirmé qu’une personne sur quatre rechute.

À lire aussi >> Burn-out : les 10 signes qui alertent

Le burn-out de plus en plus présent depuis la crise sanitaire

Le burn-out n’est pas classé parmi les maladies selon l’OMS. Il est considéré comme un phénomène lié au travail. Il se caractérise par une sensation de surmenage et par une fatigue à la fois physique, psychique et émotionnelle.

En début d’année, l’institut de sondage OpinionWay avait justement alerté sur le taux relativement élevé de la détresse psychologique au travail. L’étude montrait que sur 2 000 salariés interrogés entre le 27 janvier et le 11 février 2022, 34 % étaient en burn-out dont 13 % en burn-out sévère. Le constat était le suivant : après deux ans de crise sanitaire et le protocole lourd, les salaires étaient usés.

Difficile de se sortir de cette détresse psychologique

Une nouvelle étude s’est d’ailleurs intéressée au burn-out et à la difficulté de s’en sortir. En effet, selon l’enquête de l’Antwerp Management School (ACSB), publiée ce lundi 25 avril, une personne sur deux ayant souffert d’un burn-out craint...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia sur le burn out : "Très peu de médecins savent soigner cette maladie moderne"

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles