Semaine de la santé du pied : quoi de neuf en chirurgie ?

·1 min de lecture

On dit d'elle qu'elle est "à ciel ouvert". La chirurgie du pied traditionnelle est ainsi nommée car elle nécessite une large incision, offrant une vue 5 étoiles sur la partie du pied à réparer. La doyenne des chirurgies est toujours pratiquée dans les blocs aujourd'hui. Mais elle n'est plus la seule option des chirurgiens. "Depuis ces 10-15 dernières années, les opérations sont de moins en moins agressives", se réjouit le Pr Didier Mainard, chirurgien orthopédiste. La grande différence ? Des ouvertures minimes. "Avec la chirurgie mini-invasive, là où la cicatrice était avant de 4 à 5 cm, elle fait aujourd'hui 2 à 3 cm, voire moins. Avec une chirurgie percutanée, l'incision ne fait que quelques millimètres".

Des instruments de plus en plus miniaturisés

"Ces chirurgies moins invasives ont aussi été rendues possibles grâce à la miniaturisation des instruments. Nous avons aujourd'hui de très fins bistouris, de minuscules fraises, et jusqu'aux toutes petites vis."

Les opérations sont désormais souvent pratiquées sous anesthésie locorégionale (seuls la jambe et le pied sont endormis). Ce qui autorise, plus qu'avant, "une pratique en ambulatoire : le patient entre au bloc le matin et rentre chez lui le soir." Une cicatrice plus petite, c'est plus joli. Mais ce type d'opérations permet aussi un retour à la maison plus simple : moins d'œdèmes et de douleur, une récupération plus rapide.

D'excellents résultats pour l'hallux valgus

La pathologie la plus (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Vaccination des adolescents : un feu vert trop rapide ?
Problèmes de vue : quand faut-il se faire dépister ?
Préménopause : comment réguler les hormones ?
Hémophilie : ce qu'il faut savoir sur cette maladie hémorragique
Docteure, j'ai mal au mollet