« Il y a un sentiment de crainte et d’excitation » : le premier jour du procès raconté par un rescapé du 13 novembre

·1 min de lecture

Arthur Dénouveaux était au Bataclan le 13 novembre 2015. Le président de l’association Life for Paris, fondée après les attentats, avait rendez-vous au tribunal ce mercredi pour assister au premier jour d’un procès historique.  

Ce que craint le plus Arthur Dénouveaux, ce matin du mercredi 8 septembre, c’est de réentendre tous les témoignages : « Ça va être une plongée “dedans” à nouveau, et ça, c’est hyper dur », confie-t-il à Brut., qui le suit sur le chemin pour se rendre au Palais de Justice.  

Depuis six ans, la vie a repris son cours malgré tout : quelques heures plutôt, Arthur Dénouveaux était à la maternité avec sa femme enceinte, après une fausse alerte. Mais le président de Life for Paris se prépare depuis des mois pour ce procès, avec d’autres membres de l’association, victimes des attentats.  

Lire aussi >> 13 novembre : Melissa et Diego, la reconstruction sans leur mère

Le survivant confie ne rien attendre des terroristes présents dans le box des accusés, même s'« il y a un sentiment de crainte et d’excitation » à l’idée d’assister à l’ouverture du procès.  

Vers 18 heures, le rescapé en ressort d’ailleurs soulagé : « « Il y avait plein de raisons pour que ça se passe mal et ça s’est bien passé. [...] Il faut s’attendre à un truc d’une intensité, sur neuf mois, qui est vraiment dingue. [...] Je compte vraiment suivre [le procès], mais ne pas y sacrifier ni ma carrière, ni ma santé. » 

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles