"Sept à Huit" : "Des incestes heureux" ? La toile terrifiée par le calvaire subi par Betty Mannechez

·1 min de lecture

C’est un témoignage poignant, dur et sordide que les téléspectateurs de TF1 ont découvert dans Le Portrait de la semaine de Sept à Huit, le dimanche 21 mars 2021. Auteure du livre Ce n’était pas de l’amour (City Editions), Betty Mannechez s’est livrée sur l’inceste qu’elle a subi jusqu'à ses 18 ans. Victime d'un homme qui avait pour fantasme d’être à la fois son père, son amant et son compagnon, elle a raconté à Audrey Crespo-Mara le cauchemar qu’elle, sa sœur Virginie et sa mère ont vécu pendant de longues années. "On a très peur de notre père. C’est quelqu’un de très violent et très puissant. Il pouvait y avoir des grandes sanctions", a-t-elle commencé l’entretien. Elle s’est alors souvenue de ces "journées" passées "à genoux" sur "le carrelage, droite, les mains sur la tête" sans le moindre droit de bouger. "Juste parce qu’on n'a pas fait notre travail, nos tâches ménagères ou nos corvées", a poursuivi la jeune femme de 38 ans. À ces violences s’ajoutent les viols dès l’âge de huit ans. Bouleversée, elle a confié s’être sentie comme "un animal" complètement "en confusion". Si elle ne dit rien, c’est "parce que c’est lui qui le décide donc quand c’est lui qui le décide, on plie".

Ce jour-là, sa grande sœur les surprend. Après avoir refermé la porte de la chambre dans laquelle Betty Mannechez subit ces atrocités, elle avoue à sa mère être elle aussi victime de leur père. Loin de dénoncer son mari, leur mère participe même aux viols :"Elle est activement là et ça ne la gêne pas". (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite