Sept mois après la mort de Christophe, ses objets personnels vendus aux enchères

·1 min de lecture

C'est une plongée dans l’univers de Christophe. Sept mois après son décès, des objets ayant appartenu au chanteur sont vendus aux enchères à Paris samedi. Ses lunettes bleues pour 50 euros, ses blousons en cuir et surtout son studio de musique, estimé à 100.000 euros, où Christophe travaillait la nuit. La vente, organisée à huis clos mais retransmise en ligne, comprend au total 279 lots. 

Ses guitares, ses micros, ses claviers

"Il y a ses guitares, ses micros, tous ses claviers, c’est un matériel de folie. Christophe était un chercheur musical. Tout ce qu’il pouvait utiliser comme matériel pour chercher des sons, il l’avait", raconte Michel Roudillon, expert de la vente.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Une pièce mythique est notamment  convoitée par les plus grands musiciens : un synthétiseurs des années 1980. "Tous les musiciens disent que c’était un appareil magique, qui a une diversité sonore qu’aucun appareil actuel ne peut proposer. C’est pour cela qu’il s’agit d’un objet mythique. C’est une pièce de collection." En vente également, les 78 tours que Christophe, passionné de blues, aimait écouter sur ses vieux juke box des années 1940.


Retrouvez cet article sur Europe1