Serge Lama : ses propos “ambigus” sur le harcèlement sexuel choquent les internautes

Moi, je n'aimerais pas prendre l’ascenseur avec une femme aujourd’hui". Invité dans C à Vous ce 27 janvier, Serge Lama a créé un malaise sur le plateau et sur Twitter avec ses propos sur le harcèlement sexuel.

Malaise sur le plateau de C à Vous. Ce lundi 27 janvier, Anne-Élisabeth Lemoine recevait Serge Lama. Après avoir annoncé faire ses adieux à la province, le chanteur est revenu sur sa carrière, les raisons qui le poussent à arrêter ses tournées en France, mais aussi les histoires derrière ses plus grands titres. Femme, femme, femme, ou encore Les petites femmes de Pigalle, des morceaux qu’il a pu sortir “parce qu’à l’époque, l’époque était gaie, était joyeuse”, se souvient l’artiste de 76 ans.

Il continue : “Je sentais une humeur plus légère (...), donc l’auteur que je suis a dirigé sa plume vers des chansons plus légères”. “Mais ces chansons joyeuses, fêtardes… Vous diriez qu’il n’y avait pas une once de grivoiserie ? On peut dire ça comme ça ?” Une question de Marion Ruggiéri, à laquelle Serge Lama répond sans détour et avec humour : “Oui, même parfois de vulgarité. N’ayons pas peur des mots”. Amusé, l’interprète de Je suis malade se défend : “Il faut se replacer dans le contexte. Aujourd’hui, je ne pourrais pas sortir une chanson comme ça. A cette époque-là, tout le monde chantait des choses comme ça”.

"J’ai connu des femmes à l’époque qui auraient dit que je les avais violées"

Serge Lama écrirait-il encore aujourd’hui toutes ces chansons et les assumerait-il ? “Je les assume par la force des choses puisqu’elles existent. On ne peut pas effacer son passé, il est inscrit”, déclare le chanteur avant de se lancer dans une explication périlleuse. “Moi, je n'aimerais pas prendre l’ascenseur avec une femme aujourd’hui. C’est dangereux, on peut toujours tout… Moi, j’ai connu des femmes à l’époque qui auraient, je pense aujourd’hui, dit que je les avais violées alors que c’est moi qui ne voulais pas. Mais comme elles étaient très en colère que je ne veuille pas, j’en vois deux ou trois dans ma tête, elles m’auraient... "Tu vas voir, toi !’”.

Alors que personne ne réagit à ces déclarations,

Cliquez ici pour voir la suite