Sergeant Paper et Yes we are, deux agences de communications complémentaires

©BSMART

Ces deux agences de communications ont pour points communs de répondre aux besoins des annonceurs sur les enjeux RSE, environnement pour l’une et diversité pour l’autre, et mettre en avant leurs talents toujours avec bienveillance et optimisme.

Le parcours de ces deux dirigeantes d’agences de communication, amies de longue date, est similaire : elles ont fait la même école de commerce et sont passées par des annonceurs pendant de nombreuses années avant de se décider à créer leurs propres agences. « Notre parcours nous a enrichi d’expertises, de challenges à relever et de rencontres humaines. Aujourd’hui, nous mettons nos expériences multiples et ce goût de l’aventure au service des entreprises pour relever leurs défis. Nous nous appuyons l’une sur l’autre pour engager la discussion et aborder la communication comme un levier extraordinaire de changement de société, sur les sujets de mobilité en ce qui me concerne et sur les sujets liés aux femmes et à la diversité pour Pascale », expliquent Astrid Sergeant, fondatrice de l'Agence Sergeant Paper et Pascale Hardy-Amargil, fondatrice de l'agence YES WE ARE.

L’humain est au centre de leurs démarches

Que ce soit pour l’Agence Sergeant Paper ou pour YES WE ARE, la chose qui les caractérise est la cohésion de groupe. Chacune met le vivre ensemble au cœur de ses priorités. « Être présente sur les évènements de nos clients et connaître leurs réseaux de distribution, nous permet de comprendre les clients de nos clients, ce qui est la clé dans notre métier » assure Astrid Sergeant. « Bien que travaillant sur des sujets sensibles autour des femmes et de la diversité, nous travaillons toujours dans un esprit positif et nous...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles