A seulement 11 ans, Djahza rappe contre le harcèlement scolaire

Un hymne contre le harcèlement scolaire ? C'est ce que propose le jeune Djahza, 11 ans seulement. Et plus encore, un hymne en rap, d'autant plus moderne donc, aussi bien dédié aux enfants qu'à leurs parents. De quoi sensibiliser en cette journée nationale du harcèlement à l'école.

Tout au long de ce rap baptisé à juste titre "SOS", Djahza nous parle donc "d'agressions répétées", de "railleries", de "moqueries". "Harcelé, bousculé, il laisser couler / Pour ne pas prendre plus de coups il voudrait être Son Goku", entend-t-on dans cette chronique triste du quotidien. Il est aussi question de la loi du silence qui règne dans les écoles à ce sujet : "Si tu parles on va te traiter de balance", déplore Djahza.

"Tu n'es pas orphelin quand il s'agit de parler", rappelle-t-il cependant. Le rappeur en appelle finalement dans son refrain à "plus de sécurité, plus de vigilance". Un mantra ? "Il faut que ça cesse". Comme pour tirer la sonnette d'alarme. Des mots éloquents émanant de ce jeune rappeur, fils d'un père compositeur, rappeur et producteur, et d'une mère danseuse, qui chanterait depuis l'âge... De 3 ans.

Le clip de Djahza a déjà été visionné plus de 28 000 fois.

Déployer un cri

L'idée de ce son ? Déployer "un cri" au nom des victimes invisibilisées et "marquer les consciences", comme l'énonce le communiqué de presse, définissant ce clip comme un outil de communication qui pourrait bien se révéler "indispensable au sein des écoles"....

Lire la suite


À lire aussi

L'actrice d'"Avengers", Lexi Rabe, victime de harcèlement à seulement 7 ans
Harcèlement scolaire, racisme, lesbophobie... Dinah, 14 ans, se suicide
Le conseil de la youtubeuse Lola Dubini pour contrer le harcèlement de rue