Une sexagénaire obligée de camper dans son jardin car son ex-locataire refuse de quitter sa maison

Faire du camping dans son propre jardin. C'est la seule solution qui s'est imposée à Véronique, 61 ans, à la suite d'un conflit avec son ex-locataire. En effet, cela fait plusieurs mois qu'il occupe illégalement la maison située à Trélissac, en Dordogne, et dont il a cessé de payer le loyer en juillet 2023 selon la propriétaire. Pourtant, Véronique confie à France Bleu Périgord qu'elle a tout fait dans les règles : préavis légal de six mois, prise de rendez-vous pour un état des lieux... C'est à ce moment-là que le locataire lui a dit qu'il n'était pas prêt à déménager puisqu'il n'avait rien trouvé pour se reloger. Insensible au sort de la sexagénaire, qui venait de rendre le logement qu'elle occupait précédemment et qui se retrouvait sans solution d'hébergement, le locataire lui a affirmé que ce n'était pas son problème. Une semaine plus tard, l'assistante sociale du locataire a appelé la propriétaire de la maison pour l'avertir que les locataires ne pouvaient pas être délogés. Malade d'un cancer et en invalidité depuis cinq ans, Véronique est ainsi réduite à camper sous une tente dans son propre jardin, redoutant la baisse des températures à l'approche de l'hiver.

"Ce n'est pas parce que je suis propriétaire d'une maison que je suis ultra-riche et que je peux me payer l'hôtel tous les soirs", raconte la propriétaire à nos confrères. Malgré sa persévérance, aucune solution n'est trouvée. "Je me suis adressée au maire de Trélissac, au service social du Grand Périgueux, à Périgord (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite