Le sexe à écouter, on se lance ?

Une voix sensuelle et suave nous susurrant à l’oreille des récits érotiques ou carrément chauds, on n’y avait pas pensé... mais voilà qui pourrait bien nous faire un effet fou. Bonne nouvelle : rien n’est plus facile que de se procurer ce genre de petits joujoux audio (ou podcasts, pour montrer que oui, on est de notre époque). Il suffit de se rendre sur certains sites spécialisés et de les télécharger. Pour les écouter ensuite tranquillement et en toute discrétion, notre casque vissé sur les oreilles.

Voix royale vers l'extase !

On veut bien être tendance et sacrifier aux dernières innovations technologiques, y compris concernant un sujet aussi intime que nos galipettes. Mais, quand même, avons-nous vraiment besoin d’un podcast pour nous faire la lecture ? Nous sommes assez grandes pour nous plonger toutes seules dans un roman érotique ! C’est sûr… mais le résultat ne sera pas le même. En termes d’excitation sexuelle, les mots portés par une voix s’avèrent beaucoup plus puissants que ceux lus dans notre tête. On sait bien à quel point l'intonation, le timbre d'un homme (ou d'une femme d’ailleurs) peut nous faire dresser les poils sur les bras et nous titiller le bas du ventre. « Chez l’être humain, la voix active le système cérébral limbique, c’est-à-dire le cerveau émotionnel, précise Alain Héril, psychanalyste, sexothérapeute et auteur de "Je fantasme, donc je suis" (éd. Eyrolles). Elle nous fait vibrer au sens littéral, résonne dans notre corps et peut même déclencher la sécrétion d’hormones sexuelles. » Lorsqu’une femme écoute un podcast, elle peut s’imaginer que c’est un amant qui lui parle à elle, et elle seule. Collé serré contre elle, dans une proximité troublante. Caliente...

L'érotisme en toutes lettres...

Souvent enrichi de différents sons (musique, soupirs, gémissements), le podcast sexo ne lésine pas sur les moyens pour faire monter la température ! Mais s’il sait se montrer fort suggestif, il ne devient jamais intrusif. À la différence d’une vidéo pornographique,

(...) Cliquez ici pour voir la suite