Du sexe des anguilles à la psychanalyse : découvrez l'histoire de Sigmund Freud

·1 min de lecture

Nous sommes à Paris, en 1885, dans l’amphithéâtre de l’hôpital de la Salpêtrière. Toute la bonne société se réunit chaque semaine pour assister aux Leçons du Mardi du grand neurologue Jean-Martin Charcot. Face à lui, des patientes placées sous hypnose présentent des signes de paralysie et de convulsion. Il les fait disparaître, montrant ainsi que l’hystérie n'est ni une simulation, ni une maladie neurologique, mais bien une maladie fonctionnelle. C'est une névrose !

>> INTERVIEW - "Voir un psy ne fait pas de vous un fou" : les confidences de Marc-Olivier Fogiel

Jean-Martin Charcot la rapporte à une cause génitale, le mot "hystérie" venant du grec "hyster" qui signifie utérus. Stupéfait, un médecin autrichien de 30 ans assiste à ces démonstrations. Il s’appelle Sigmund Freud. À la suite de ce maître, il expliquera que l'hystérie résulte d'un conflit psychique d'origine sexuelle. 

Retrouvez les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

Formé comme chercheur en biologie, Sigmund Freud a commencé tôt à travailler sur la sexualité… mais celle des anguilles ! On les dit hermaphrodites, est-ce vrai ? Ses recherches n'aboutissent pas. Sous la direction d'Ernst Brücke, grand patron de la physiologie viennoise, il étudie ensuite le système nerveux du petromyzon, une forme primitive de poisson. Il fait alors ses premiers pas en tant que neurologue aux côtés de son ami Josef Breuer, spécialiste des maladies nerveuses.

La cocaïne comme médicament

E...


Lire la suite sur Europe1