Accusé de sexisme, Google contraint de verser 118 millions de dollars à ses employées

© Getty Images

Le géant américain était accusé de moins bien rémunérer les femmes et de leur proposer des postes à des échelons moins élevés que les hommes.

Google a accepté de payer 118 millions de dollars pour solder une class action* en Californie. Le groupe était accusé d’avoir discriminé les femmes en termes de salaires et d’échelons. L’accord couvre environ 15 500 employées ayant travaillé en Californie pour le groupe depuis septembre 2013, détaille le cabinet Lieff Cabraser Heimann & Bernstein et Altshuler Berzon, qui représente Google.

L’entreprise a aussi accepté de faire une analyse de ses pratiques de recrutement et de rémunération par des tierces parties. « Après près de cinq ans de procédures, les deux parties ont convenu que la résolution de l’affaire, sans aucune admission de responsabilité ni conclusion, était dans le meilleur intérêt de tous, et nous sommes très heureux d’avoir conclu cet accord », a indiqué un porte-parole de Google. L’accord doit encore être approuvé par un juge.

Google nie la discrimination

La plainte avait été engagée en 2017 devant un tribunal de San Francisco, par des anciennes employées de Google estimant que le moteur de recherche payait les femmes moins que les hommes sur des postes équivalents. Elles jugeaient aussi être assignées à des échelons moins élevés que des hommes à expériences et qualifications équivalentes, car l’entreprise se basait sur leurs salaires précédents.

Selon le texte de l’accord, rendu public par les avocats, Google a beau avoir accepté de verser des dommages et intérêts, le groupe « nie toutes les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Eugénie Le Sommer et Sarah Bouhaddi, joueuses de l’OL : "On entend encore : "Il faut rester dans votre cuisine""

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles