Sexo : les 5 phrases à ne jamais lui dire pendant l'amour

Question dialogue, on n'est pas toujours inspirée au lit. Qu'on soit dans le feu de l'action, toute à notre plaisir, et qu'on se montre un peu trop désinhibée... Ou que, au contraire, on soit totalement en dehors du coup, l'esprit perdu dans nos pensées, et qu'on dise tout haut ce qu'on aurait dû penser tout bas. Autant de gaffes et de bévues qui créent un malaise, rompent la complicité et gâchent le plaisir. On vous dévoile les cinq phrases à éviter...

C'est parce que tu ne me désires plus...

Votre partenaire a une panne d'érection. Plus il essaie, moins il y arrive... Un conseil : faite diversion plutôt que de vous appesantir. Et surtout, évitez de le culpabiliser avec vos problèmes d'ego. Tout ne tourne pas autour de vous ! Sachez qu'après 50 ans, ce genre de dysfonctionnements est courant : les érections ont tendance à être moins fermes et plus difficiles à maintenir sur la durée. Des pannes qui sont causées par des facteurs physiologiques bien plus que psychologiques. Rien à voir avec vous...

Déjà, c'est fini ?

Votre partenaire a joui trop rapidement. Vous n'avez pas eu le temps d'atteindre le plaisir. Inutile de le lui faire remarquer avec amertume. En revanche, signalez-lui que l'éjaculation du partenaire ne signe pas la fin d'un rapport sexuel. Ce n'est pas parce qu'il a fait sa petite affaire qu'il doit se tourner sur le côté et s'endormir. Rappelez-lui qu'il y a plein d'autres moyens pour vous d'accéder à l'orgasme. Guidez-le, montrez-lui comment vous donner plaisir avec autre chose que son pénis. Et pourquoi pas inviter un sextoy dans vos jeux coquins ?

C’est quoi ce p’tit bidon ?

C'est vrai qu'il a grossi ces derniers temps. Trop d'apéros, pas assez de vélo... Mais est-ce vraiment le moment approprié pour le lui reprocher ? Imaginez s'il vous faisait la même réflexion. Un vrai tue-l'amour... Gardez cependant votre observation dans un coin de votre tête et n'hésitez pas à lui dégainer la prochaine fois qu'il préférera rester devant un écran plutôt que d'aller marcher

(...) Cliquez ici pour voir la suite