Publicité

Sexo : 6 positions de slow sex pour passer une nuit tout en douceur (et en profondeur)

Pour prendre votre pied, prenez votre temps. Ces dernières années, le slow sex a le vent en poupe. Comme on vous l’expliquait il y a quelques mois, cette pratique consiste à ralentir le rythme durant un rapport sexuel afin de prendre conscience et de mobiliser tous ses sens et toutes ses émotions. Il s’agit de lâcher prise pour véritablement se connecter avec soi-même, avec son ou sa partenaire et, surtout, avec le moment présent. Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose du slow sex, retenez ses maîtres-mots : lenteur, sensualité, douceur et intensité. Et si vous souhaitez passer à l’étape de la pratique, voici six positions à tester pour une longue nuit de plaisir.

La cuillère est la position idéale pour une étreinte passionnelle et un moment complice à deux. La personne qui est pénétrée se place de côté, les jambes tendues ou pliées et dos à son ou sa partenaire qui, quant à iel, va gérer les mouvements de va-et-vient en douceur par l’arrière. Les jambes sont entrelacées, les corps sont en symbiose et les esprits sont connectés… Maintenant, profitez !

On ne vous présente plus la légendaire positon du 69. Pour autant, lorsque l’on souhaite davantage prendre son temps, il vaut mieux privilégier le 68. Et pour cause, contrairement au 69, qui permet aux partenaires de se donner mutuellement du plaisir grâce au sexe oral, l’idée de cette variante, c’est chacun son tour. Cela permet à chacun.e des partenaires de se focaliser uniquement sur son propre plaisir, en étant allongé en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Sexo : voici le lieu à risque qui fait le plus fantasmer les Français
Sexo : pour une stimulation optimale du point G, testez la position du cheval à bascule
Qu'est-ce que le "sponti-dating", cette technique de drague qui promet de vous faire faire de belles rencontres ?
Gingembre, citrouille, safran... Existe-t-il des aliments à privilégier pour booster la libido ?
Performance, pression, porno : une étude met à mal les clichés sur la sexualité masculine