Sexo : un homme qui participe aux tâches domestiques exciterait plus les femmes

Pexels

Messieurs, à vos balais : le partage égalitaire des tâches ménagères dans un couple aurait bel et bien un effet sur la libido des femmes. C’est le constat qu’a fait une équipe de chercheurs après avoir mené une enquête auprès de 299 femmes australiennes âgées de 18 à 39 ans. Leurs travaux, publiés dans le Journal of Sex Research le 27 mai 2022 et relayés par le site Science Alert le 21 août, ont effectivement révélé que les inégalités quotidiennes avaient un impact au lit. Ainsi, les femmes subissant trop de charge mentale, entre la gestion du quotidien, de la maison et des enfants, auraient un plus faible désir sexuel et seraient peu satisfaites de leurs relations en général.

A contrario, ces recherches ont également démontré que les femmes vivant dans un foyer où les tâches domestiques et la charge mentale sont partagées équitablement entre elles et leur partenaire seraient "plus satisfaites" de leurs relations et ressentiraient "plus de désir sexuel que les autres". "Nos recherches indiquent que l'ennui relationnel n'est pas la raison d'une perte de désir dans le couple, l'inégalité croissante au cours d'une relation étant souvent la cause du désintérêt des femmes pour le sexe", peut-on lire dans l’étude. Et pour cause, comme l’ont expliqué les scientifiques, "l'insatisfaction relationnelle est un facteur de risque majeur de faible désir chez les femmes, encore plus que les impacts physiologiques de l'âge et de la ménopause."

Pour ce qui est des couples de même sexe, ont précisé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Connaissez-vous la “respiration orgasmique”, qui permet d’atteindre l’orgasme sans se toucher ?
Voici l’activité ultime qui développera votre ocytocine, l’hormone de l'attachement du couple
Sexo : l'auralisme, une pratique un poil fétichiste mais terriblement excitante
Qu’est-ce que l’infidélité financière, ce mal qui ronge le couple et pousse parfois à la rupture ?
Se mettre en couple avec un ami ? Près d'un célibataire sur deux ne serait pas contre