Sexo : la maladie, au lit, on l’oublie !

Comment rester sexuellement active et épanouie avec cette arthrose qui limite nos mouvements, ce diabète qui nous colle des mycoses à répétition et assèche nos muqueuses vaginales, cette hypertension qui nous donne l’impression que notre tête va exploser ? Faire exulter notre corps, d’accord, mais s’il déclare forfait, que faire ? Résister ! Parce que continuer à prendre du plaisir dans les bras l’un de l’autre, malgré les obstacles, vaut bien de livrer une petite bataille.

Pas de bien à se faire du mal !

Il n’y a rien d’étonnant à ce que nos ardeurs vacillent face à l’adversité de la maladie. "Par définition, une pathologie chronique est présente sans relâche, jour après jour. Elle occasionne une préoccupation constante à travers un traitement à ne pas oublier, un régime alimentaire à suivre scrupuleusement. Elle peut aussi faire naître des peurs, du découragement, de la colère et d'autres émotions négatives. Tout cela ne laisse guère d’espace psychique disponible au déploiement de la libido", constate Sébastien Landry, psycho-sexologue*. Donc, ne nous flagellons pas (en plus de ce que nous endurons déjà !) pour notre manque d’appétit sexuel : il est normal et légitime. Le désir est une petite chose fragile qui a besoin d’un minimum de légèreté et d’optimisme pour exister. Et puis surtout, évitons les conclusions hâtives qui ne feraient que nous plomber davantage. "Ne pas avoir envie de faire l’amour avec son conjoint ne signifie absolument pas qu’on ne l’aime plus. Cette confusion est hélas fréquente et susceptible de semer le doute dans les esprits, de distiller de la culpabilité", avance le spécialiste. A-t-on vraiment besoin de ça ?

La bagatelle, un traitement de choc

Mais entendons-nous bien : ces circonstances plus qu’atténuantes ne doivent pas nous conduire au renoncement. Ce serait fort dommage, car nous (et notre maladie) avons beaucoup à gagner aux ébats torrides. "Quand on éprouve du plaisir pendant un rapport, le cerveau sécrète des hormones très bénéfiques

(...) Cliquez ici pour voir la suite