Sexo : je me remets des fêtes… au lit !

Ça a commencé début décembre avec la course aux cadeaux. Ensuite, les vacances de Noël sont arrivées et on a vu débarquer – pour notre plus grande joie ! – enfants et petits-enfants, qui comptaient sur notre sens de l'organisation pour tout prendre en charge. Puis on a enchaîné sur le marathon des réveillons, avec ses plans de bataille et ses épopées gastriques. On a reçu, on a été invitées.... Résultat : pendant cette période de fêtes, on a un peu négligé la bagatelle. On n'avait ni le temps ni l'énergie... Mais, voilà, c'est fini. Les enfants sont rentrés chez eux. Aucune invitation avant la fin du mois. Le calme plat est revenu et l'ennui pointe son nez. Après l'effervescence des fêtes, ce mois de janvier ressemble à un moment de creux. On se sent fatiguée, vidée, légèrement déprimée. Et là le sexe tombe à pic ! Le meilleur moyen de commencer l'année en beauté...

Le meilleur remède pour soigner son blues post-fêtes

Se blottir dans les bras de son bien-aimé, recevoir et donner des caresses, des baisers, des mots doux, ressentir la chaleur du corps de l'autre, son odeur rassurante, la douceur de sa peau... C'est sûr, faire l'amour nous apporte bien-être et sérénité. L'occasion également d'améliorer notre confiance en nous et de développer notre énergie positive. En effet, pendant l'amour, nous sécrétons une multitude d'hormones dont les effets se répercutent sur notre organisme comme sur notre moral. Dans un premier temps, la dopamine, appelée "hormone du plaisir", procure une sensation d'énergie et de contentement, qui prépare à la volupté. Puis intervient la sérotonine, aux effets anti-dépresseur : elle met dans un état de bien-être et d'apaisement qui permet de se libérer des tensions. Enfin, l'orgasme libère des endorphines, appelées aussi "hormones du bonheur", qui nous entraînent dans une décontraction propice à l’endormissement et à un sommeil réparateur. Détendue, reposée, euphorisée, nous voici dans un tout autre état d'esprit : le stress s'envole, nos pensées

(...) Cliquez ici pour voir la suite