Sextoy : qu'est-ce que le "syndrome du vagin mort" ?

Syndrome de la mort vaginale : qu'est-ce que c'est ?

Aussi appelé syndrome de la mort vaginal, le syndrome du "vagin mort" désignerait une perte de sensibilité importante et définitive, au niveau des parties génitales, provoquée par une utilisation abusive des vibromasseurs et autres sextoys… Le syndrome du vagin mort pourrait avoir de graves conséquences sur la vie sexuelle des femmes, puisqu'il rendrait incapable d'avoir un orgasme, par n'importe quel moyen, en raison de la haute tolérance à la stimulation clitoridienne et vaginale, que l'usage des sextoys provoquerait.

Sextoy : la masturbation peut-elle être nocive et nous priver d'orgasme ?

Mais la masturbation en solo peut-elle vraiment "tuer" une partie du sexe féminin ? Ce mystérieux syndrome ayant déjà été évoqué, notamment dans la presse anglo-saxonne, plusieurs spécialistes se sont déjà penchés sur la question… Et que les femmes se rassurent : non, la masturbation ne va pas vous faire perdre toute sensibilité au niveau des parties génitales, et encore moins vous priver d'orgasme !

C'est en tous cas ce que révèle le Docteur Shazia Malik, gynécologue à Londres, interrogée par nos confrères britanniques du journal Metro. Elle assure en effet, qu'il n'y a aucune preuve médicale que le syndrome du vagin mort existe réellement et que l'utilisation de sextoys peut nuire au vagin ou au clitoris.

Cependant, la spécialiste précise que si les sensations au niveau du vagin peuvent légèrement diminuer après l'utilisation "normale" d'un vibromasseur, en raison des vibrations que celui-ci exerce sur cette partie du corps, c'est (presque) toujours temporaire.

Mais c'est exactement le même phénomène "d'engourdissement" qui se passe juste après un accouchement ou après un rapport sexuel. Les vibrations peuvent engourdir, et "endormir" la zone atteinte, qui retrouvera très rapidement sa sensibilité d'origine, rassurez-vous !

Les cas de désensibilisation du clitoris suite à un usage très intense des sextoys restent des cas très rares,

(...) Cliquez ici pour voir la suite