Sexualité après 60 ans : pourquoi c'est mieux !

Les idées reçues voudraient que le sexe soit une affaire de jeunesse, de peau fraîche et de corps souple. Comme si, avec l'âge, le désir s'émoussait forcément, le plaisir s'estompait irrémédiablement. On n'aurait ni la tête ni les jambes à ça. Serait venu le temps d'une chasteté pleine de sagesse... Grossière erreur ! Les principales intéressées peuvent en témoigner : après 60 ans, l'appétit sensuel est loin d'être tari et les joies de la bagatelle continuent de se renouveler. Et, contre toute attente, les années qui passent peuvent au contraire être nos alliées en matière de sexualité...

On n'est plus dans le paraître

Soyons honnêtes : nous ne sommes plus les jeunes femmes désirables que nous étions à 20, 30, ou 40 ans. Le temps est passé par là. Ah si tu t'imagines, fillette, fillette..., chantait Juliette Gréco. Mais, plutôt que de vivre le passage des années comme un déclin irrémédiable, réjouissons-nous plutôt de la liberté qu'elles apportent à notre sexualité. En effet, aujourd'hui nos ébats ne reposent plus sur le seul désir masculin pour la plastique féminine. Résultat : pour nous, il est moins question de répondre à l'envie de notre partenaire que de partir à la conquête de notre propre plaisir. Quel souffle de liberté ! Oublions tous les efforts pour plaire à l'autre qui nous parasitaient pendant nos galipettes. Concentrons-nous sur notre ressenti, nos émotions, notre jouissance. Saisissons cette opportunité de sortir du statut d'objet de désir pour devenir pleinement un sujet désirant.

On connaît son corps

Si la génitalité est innée, le désir et le plaisir sont loin de l'être : ils s'apprennent, se développent, s'approfondissent avec le temps. Exactement comme un sportif ou un musicien qui connaît mieux sa discipline à force de la pratiquer. On apprend à mieux connaître notre corps, celui de notre partenaire. On repère nos sources de plaisir, nos zones érogènes, mais aussi nos blocages, nos limites... Et plus les années passent, plus on est à même d'être au clair

(...) Cliquez ici pour voir la suite