Sexualité : le grand vrai/faux de la frigidité

·1 min de lecture

« La frigidité », vous connaissez ? Désintérêt pour le sexe, manque de sensations sous la couette, absence de pensées érotiques… Quelles sont les solutions si l’on souhaite découvrir ce plaisir qui nous échappe ?

Vrai ou faux : la frigidité n’existe pas !

VRAI

Aujourd’hui, les spécialistes ont abandonné ce terme, jugé trop négatif et stigmatisant. Ils préfèrent parler de « dysfonctionnement orgasmique », une expression moins péjorative et qui suggère moins une condamnation définitive.

Vrai ou faux : la frigidité peut aussi concerner les hommes

VRAI

Même si l’usage social veut qu’on qualifie plus généralement une femme de « frigide », pour dénigrer sa supposée froideur, un homme peut aussi n’avoir que de faibles sensations et peu d’intérêt pour le sexe.

Vrai ou faux : l’absence d’orgasme traduit une méconnaissance de son corps

FAUX

« Encore une idée préconçue », souligne notre sexologue, Mireille Bonierbale. L’image classique veut que le manque de sensualité résulte d’une éducation sexuelle absente, ou bien uniquement axée sur les notions de danger et de péché. Mais l’anorgasmie peut aussi découler de traumatismes antérieurs qui bloquent et mettent sur « pause ». Elle n’est même pas toujours liée à l’histoire personnelle.

Vrai ou faux : la frigidité ne provient jamais d’un problème physique

FAUX

Après un accouchement ou passé la ménopause, il arrive qu’un affaiblissement du périnée empêche d’éprouver des sensations. Une rééducation périnéale suffit alors à « remuscler l’organe » (10 à 15 séances de 30 à 40 minutes). Il est aussi possible que...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles