Shireen Abu Akleh était journaliste : elle a été tuée par balle en Cisjordanie

Shireen Abu Akleh était une journaliste américano-palestinienne de la chaîne Al-Jazeera. La reporter de 51 ans a été tuée par balle ce 11 mai dernier durant une opération de l'armée israélienne en Cisjordanie, dans le camp de réfugiés de Jénine. Elle aurait été touchée d'une balle en plein visage. La journaliste était équipée d'un casque et d'un gilet pare-balles.

"Shireen était vraiment une super journaliste, très célèbre aussi, une personne incroyable et ce qui s'est passé est un très, très grand choc", a détaillé auprès de Franceinfo Wael Al-Dahdouh, correspondant d'Al-Jazeera à Gaza. "On avait l'habitude de couvrir l'actualité main dans la main, on s'échangeait des infos à propos de la situation en Palestine. On se connaissait vraiment bien et notre relation est formidable", poursuit-il.

La mort de la journaliste a particulièrement indigné le monde arabe (Courrier international évoquant même une "onde de choc") et sidéré la communauté internationale.

Un deuil national

"Tous les Palestiniens sont tristes. Nous sommes très, très tristes, traumatisés et choqués par ce qui se passe parce qu'elle a été ciblée volontairement. Ça me touche beaucoup", a ainsi témoigné auprès de FranceInfo Sami Owaida, médecin de 57 ans. Les employés d'd'Al-Jazeera, mais également des diplomates européens ont rendu hommage à la journaliste regrettée, objet d'un véritable deuil national.

Des Etats-Unis à l'Union européenne, on en appelle désormais une...

Lire la suite


À lire aussi

En Irak, Doski Azad a été tuée par son frère parce qu'elle était transgenre
"Vous êtes très agressive sexuellement" : Mylène Farmer face au sexisme des journalistes
"Vous n'avez jamais été enceinte" : la porte-parole Jen Psaki clashe un journaliste sur l'IVG

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles