Shourouk Raihem : la « queen du bling » s'offre une expo tout en paillette

©Presse

La planète people a déjà craqué pour ses bijoux et broderies strassés. La créatrice dévoile aujourd'hui ses talents d'artiste dans une expo, forcément tout en paillettes.  

« Ring for bling ». La phrase s'inscrit en lettres de cristaux sur la sonnette de l'atelier de Shourouk Rhaiem. Le ton est donné. C'est dans cet atelier lumineux où les moulures sont surlignées de Scotch rose fluo que la « queen du bling », son surnom, « cristallise », comme elle dit, tout ce qui lui tombe sous la main : ses Adidas, ses Thermos, ses gourdes… « J'adore le kitsch et les choses sophistiquées m'ennuient », confie-t-elle. C'est aussi dans cet atelier que la créatrice de bijoux a conçu les œuvres exposées dans la galerie de Marie Victoire Poliakoff. On y voit, entièrement revisités à coups de cristaux, le paquet de cigarettes Kent que fumait son père, l'emballage du parfum Poison que portait sa mère, un bidon d'huile Shell – « il m'évoque nos retours en Tunisie » – des boîtes d'Omo, de Spic, le savon Lux ou encore des cassettes vidéo de films égyptiens. Pièces vintage patiemment chinées dans des vide-greniers ou dans les maisons de famille de ses amis. Travail d'orfèvre où elle transforme le banal en pièce de joaillerie. Le résultat, c'est une expo pop tendance bling et pleine d'humour, mais aussi pour l'artiste un morceau d'enfance revisité version glamour.      

À lire aussi >> Rétrospective Jean-Michel Basquiat : visite guidée avec les soeurs de l'artiste                                                                             

« Mes parents sont partis de Tunisie pour la France en 1979 et je suis née un an...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles