Shy’m : ce détail surprenant qui la fait craquer chez un homme

·2 min de lecture

La chanteuse Shy'm sait ce qu'elle veut... et surtout, ce qu'elle ne veut pas. Dans une interview accordée au média Konbini le 30 octobre 2020, celle qui s'apprête à découvrir les joies de la maternité pour la première fois, a répondu aux questions de la fameuse Love Interview. Sans langue de bois et toujours avec une pointe d'humour, l'ancienne compagne du tennisman Benoît Paire a dressé le portrait physique de ce qui pourrait ressembler à l'homme parfait... ou plutôt l'homme idéal ! En effet, la future maman épanouie déteste la perfection qu'elle qualifie "d'insipide" ! À l'aube de ses trente-cinq ans, Shy'm a accepté de revenir sur son premier baiser dans la cour du collège mais aussi sur certains rendez-vous qui ont tourné au cauchemar... Silence, ça tourne !

D'abord interrogée sur sa définition de l'amour, Tamara, alias Shy'm, a dépeint un sentiment plutôt douloureux : "C'est rare, risqué, dangereux, fragile, friable... tu es plus libre quand tu n’es pas amoureux", a-t-elle expliqué, avant de se reprendre elle-même : "J'ai beaucoup d'adjectifs négatifs qui sont sortis, là !" Pour autant, l'ancienne jurée de Danse avec les stars n'a jamais perdu espoir en l'amour malgré des histoires "souvent chaotiques". Un passé douloureux qui est désormais derrière elle ! À ce sujet, l'interprète de Femme de couleur a donné une description de ce qui serait pour elle, l'homme idéal. Et contre toute attente, Shy'm déteste les beaux mecs !

"J’ai pas de style particulièrement physique, j’ai pas un type d’homme qui va me plaire. C’est des petits détails qui vont me séduire très vite", a d'abord commencé la chanteuse. Cependant, il y a des "petits détails" sur lesquels elle ne lésine pas : "Il y a d’autres choses qui sont complètement rédhibitoires comme les mains. J’aime beaucoup les mains donc si les ongles sont dégueulasses tu sais qu’il n’y aura pas de deuxième rendez-vous !" Comme ça, c'est clair ! Une exigence qui pourrait refléter un côté perfectionniste ? Pas du tout, bien (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite