Shy’m incendiaire en mini-robe en cuir et décolleté vertigineux pour la finale de DALS !

Une tenue affriolante et sulfureuse de plus dans l’incroyable garde-robe de la belle brune. Pendant dix semaines, Shy’m a offert un défilé on ne peut plus sexy aux millions de téléspectateurs rivés sur leurs écrans. Pantalon à paillettes et crop top à plumes, combinaison métallisée ultra-décolletée ou encore veste en velours laissant apparaître sa lingerie fine, l’interprète de « Femme de couleur » en a mis plein les yeux.

Et pour la finale de cette saison de « Danse avec les Stars », la jeune femme de 37 ans a de nouveau confirmé son statut de femme fatale ! Oubliez l’ensemble sportswear en baggy et sweatshirt, la gagnante de la première édition a clôturé le show avec un look des plus tapageur ! En plus d’offrir une vue plongeante sur son décolleté vertigineux, la chanteuse a dévoilé son incroyable jeu de jambes sous une robe en cuir ultra-mini !

Shy’m ose la mini-robe en cuir, difficile de faire plus sexy !

Elle aura fait de l’ombre à Sami El Gueddari, nouveau gagnant de DALS. Si la semaine dernière Shym’ avait opté pour un look naturel et simpliste en petit tee-shirt blanc, elle lui a préféré un ensemble beaucoup plus ravageur. Au côté de Chris Marquez et de Patrick Dupont, la starlette a électrisé le Studio 217 dans une robe en cuir noir et aux empiècements ornés de sequins argentés. Une tenue rock’n glam’ griffée Rédemption Paris qui a littéralement enflammé le banc des jurys. Et pour cause cette robe scintillante, échancrée jusqu’au bas de ses seins, mettait en valeur ses longues jambes aiguisées. Sexy, voire provocante, elle ne cachait absolument rien de ses irrésistibles courbes !

Et pour souligner le galbe musclé de ses jambes, la belle était de nouveau perchée sur de fins talons aiguilles en cuir vernis rouge. Ces escarpins signés Maison Ernest complétaient à merveille son look de femme fatale. Un ensemble qui a très vite créé l’émoi auprès de ses 779 followers. « Booooooomba », « Tu as mis des paillettes dans nos vies, dans nos nos cœurs et dans nos samedis

(...) Cliquez ici pour voir la suite