Sigourney Weaver (“Dix pour cent”) : l'actrice parle-t-elle vraiment français ?

·2 min de lecture

L'actrice américaine a accepté de rejoindre le casting de la série sans même lire le scénario. C'est dire à quel point elle était déjà fan ! Sigourney Weaver, star de la saga Alien à la fin des années 1970, sera à l'affiche du dernier épisode de l'ultime saison de Dix pour cent diffusé mercredi 4 novembre 2020 sur France 2. Une aubaine pour cette éternelle amoureuse de Paris qui avait déjà regardé toutes les saisons précédentes sur Netflix avec son époux : "J'ai regardé les trois saisons d'un coup, tellement c'est brillant ! Avec mon mari, on la regardait toute la nuit", a-t-elle confié dans les colonnes du Parisien. Au côté de Camille Cottin ou encore Guillaume Galienne, l'actrice emblématique de Working Girl a accepté d'incarner le rôle d'une comédienne très engagée qui raffole du mode de vie parisien, le tout dans la langue française qu'elle maîtrise (presque) à la perfection...

Dans les colonnes du Parisien, l'actrice américaine de soixante et onze ans a expliqué comment était né son amour inconditionnel pour la France. En effet, dès son plus jeune âge, Sigourney Weaver avait l'habitude de séjourner en famille sur la côte d'Azur : "Je viens depuis que j'ai six ans avec mes parents. J'ai vécu à l'âge de onze ans à Beaulieu-sur-Mer, entre Nice et Monte-Carlo pendant deux ans. Et ensuite, tous mes étés. J'adore ce coin, le Casino, j'en garde des souvenirs magnifiques…" Cependant, ces vacances passées sous le soleil de Monaco ont-elle suffi à l'actrice pour connaître la langue de Molière sur le bout des doigts ? Pas vraiment.

Dans la série Dix pour cent, Sigourney Weaver débite un français irréprochable, presque déroutant. En réalité, cette performance est le résultat d'un long travail en coulisses avec un professeur attitré. Alors qu'elle répondait aux questions du Parisien en anglais, le journaliste a soudainement demandé à l'actrice si elle préférait s'exprimer en français. Ce à quoi elle a répondu : "Oh, cela serait une bonne occasion d'améliorer ma pratique, mais (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite