« Le silence est ma langue natale » de Sulaiman Addonia, un livre poétique et magnifiquement engagé

© Lyse Ishimwe

Transformant son histoire intime en épopée, Sulaiman Addonia tisse avec ce deuxième roman, « Le silence est ma langue natale », une œuvre politique et poétique, magnifiquement engagée.

Sulaiman Addonia a un sourire enjôleur et une voix douce. Il marque souvent de longues pauses méditatives dans le récit de son histoire. Né à une date indéterminée en Érythrée, il a 2 ans quand sa mère décide de fuir avec son frère, sa sœur et sa grand-mère pour sauver sa famille de la guerre civile. Direction un camp de réfugiés au Soudan. Un an plus tard, sa mère saisit une opportunité de partir travailler en Arabie saoudite, et Addonia, qui a grandi en parlant tigrigna, opte pour le silence. En partant, explique-t-il, sa mère a emmené la langue avec elle. Durant les sept années qu'il passera dans le camp, il apprendra l'amharique, la langue de son père éthiopien, et l'arabe, à l'école. À 10 ans, il rejoint sa mère, employée de maison chez une princesse saoudienne à Djeddah, et découvre la littérature. Charles Dickens, Victor Hugo, Virginia Woolf… « Je commençais à connaître le monde par les livres », dit-il. À ses côtés, son grand frère, devenu sourd après une méningite, appréhende lui aussi le monde par la lecture.

À lire aussi >> BD : Julie Doucet, le coup de crayon féministe                                                                                   

Ils ont 15 et 16 ans quand leur mère les envoie, seuls, à Londres. Ils ne parlent pas un mot d'anglais. Sulaiman Addonia fait des études, puis travaille comme chercheur sur la croissance économique en Afrique. Mais la dépression le hante. Le salut arrivera, là...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles