La silhouette phare de la nouvelle collection Patou, décryptée par Guillaume Henry

·1 min de lecture

Loin des fastes du défilé, la maison Patou a présenté sa collection printemps-été 2022 de façon intimiste, au coeur de Saint-Germain-des-Près. L’occasion de nous entretenir avec son directeur artistique, Guillaume Henry.

Mercredi 29 septembre. C’est le troisième jour de la Fashion Week de Paris. C’est aussi le jour de la présentation de la collection printemps-été 2022 de la maison Patou. La griffe française a pour particularité de ne pas défiler. À l’extravagance des podiums, elle préfère l’accompagnement des invités, son directeur artistique Guillaume Henry expliquant patiemment à chacun et chacune les tenants et les aboutissants de ses créations. « L’inspiration, ce sont les fables et les contes qui ont bercé mon enfance, nous explique-t-il. Le chat botté est notamment une figure importante, mais aussi des gens assez fantasques qui ont toujours nourri mon imaginaire. Je pense à Christian Bérard ou Jean-Jacques Lequeu, par exemple, tous ces illustrateurs magnifiques qui s’échappaient à travers leur expression. » 

Lire aussi : Et Thierry Mugler inventa le défilé-spectacle

Jeux de volumes, cols exagérés, visières de tenniswoman, empiècements en dentelle travaillée, ceintures bijou et bobs griffés du nom de la maison composent cette collection délicate. Lorsque l’on demande au styliste de résumer sa collection à un look phare, il nous emmène sans hésiter vers cette silhouette féminine et colorée. « Elle est composée d’une jupe inspirée des volumes de mousquetaires, un pull en laine recyclé assez crop, hyper facile à porter et assez relax dans son volume, mais hyper dessinée pour rester fidèle toute l’inspiration couture de Patou....

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles