S'isoler augmenterait le risque de démence

Vaut-il vraiment mieux être seul que mal accompagné ? Dans une étude publiée ce mercredi 8 juin dans le magazine American Academy of Neurology, des chercheurs britanniques démontrent que l’isolement social pourrait entraîner des modifications de certaines structures cérébrales et augmenter le risque de démence (source 1).

Pour venir à cette conclusion, les scientifiques ont analysé les données d’imagerie cérébrale de plus de 30 000 personnes au Royaume-Uni. Ils ont ajusté leur recherche en fonction des facteurs de risque tels que le statut socio-économique, les maladies chroniques, le mode de vie et la génétique.

Les conséquences de l'isolement sur la santé

Les résultats de l’étude indiquent que les personnes isolées seraient confrontées à une probabilité accrue de 26 % de développer une démence. Notamment, elles présenteraient des volumes plus faibles de matière grise dans les régions du cerveau responsables de la mémoire et de l’apprentissage.

Ce serait particulièrement le cas chez les personnes âgées de plus de 60 ans.

Dr Barbara Sahakian, coauteure de l’étude, espère que ses recherches aideront à changer les choses.

"Maintenant que nous connaissons le risque de l’isolement social pour la santé du cerveau et la démence, il est important que le...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles