Ski alpin, une histoire de style

Par Nathalie Lamoureux
·1 min de lecture
Les moniteurs de l'École de ski française.
Les moniteurs de l'École de ski française.

D'une technique nordique basée sur le saut et le ski de fond, des skieurs, au début du siècle dernier, grâce aux premières remontées mécaniques (1900-1900), se mettent à tailler des courbes sur des pentes raides, enchaîner des virages, prendre de la vitesse, ouvrant l'ère du plaisir de la descente sans modération. Certains de ces « merveilleux fous glissants », décrits par Gilles Chappaz et Guillaume Desmurs dans leur Histoire du ski (Glénat, 2019) se distinguent par leur art de la glisse, inventent des gestes, et deviennent des champions rapides et efficaces, révolutionnant la discipline.

En décortiquant leurs mouvements, leur direction, leur allure, ils inventent des méthodes de progression et des techniques qui, toutes réunies, forment un véritable langage corporel. Ces champions développent leur style, valorisant l'élégance, la technicité, l'esthétisme ou la performance tout-terrain. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Suisses, Autrichiens, Français ont une manière de skier qui leur est propre. S'est alors posée dans les enseignements la question du « bien skier ». Une vaste question qui agite toujours les techniciens. Focus sur trois méthodes phares.

Memento la méthode autrichienne © DRLa méthode autrichienne

Considéré comme le père du ski alpin moderne, l'Autrichien Mathias Zdarsky adapte, dès la fin du XIXe siècle, le matériel et la méthode scandinave au relief alpin, grâce à des skis courts, l'usage d'un bâton unique pour maîtriser la direct [...] Lire la suite