Skier au temps du Covid-19 est possible à condition d'habiter en Suisse

·2 min de lecture

La Suisse est l'un des seuls pays à avoir ouvert quelques stations de ski, au grand dam de l'Allemagne qui voudrait que tous les États européens les maintiennent fermées jusqu'à l'an prochain. À Verbier, dans le canton du Valais, il est possible de skier depuis plus d'un mois déjà. Le canton est pourtant l'une des régions en Europe les plus touchées par la pandémie.

Avec notre envoyé spécial à Verbier, Jérémie Lanche

Pour les Suisses, le ski représente la possibilité de changer d'air au temps du Covid-19. Mais même dans la télécabine, impossible d'échapper au sujet. Le masque est d'ailleurs obligatoire dans les remontées de Verbier. « Vous pouvez constater que tous les clients ont le masque, note Carole Moos, la directrice commerciale de Téléverbier, la société qui gère le domaine. Vous constatez aussi qu’il y a la police sur place. Là, la queue fait à peu près moins de cinq minutes, ensuite la montée dure moins de dix minutes. Donc, les temps sont extrêmement courts ».

À Verbier, il y a encore peu de neige mais déjà pas mal de skieurs. La plupart respectent les nouvelles mesures, selon Paul-Victor Amaudruz, le responsable des pistes : « Les premiers jours, on a rappelé à l’ordre certaines personnes. Mais ils ont envie de skier, donc les gens jouent le jeu. »

Pas d'afflux de touristes étrangers

Le masque est d'ailleurs vite oublié par les skieurs. « C’est un peu dur de respirer mais franchement c’est comme d’avoir le casque au début de la saison. C’est inconfortable mais on s’habitue », estime l'un d'entre eux. « C’est gênant, on a de la buée dans les lunettes mais c’est trop bien de pouvoir skier, confie une autre. Je suis beaucoup plus sécurisée ici que dans les gares où il y a tellement de monde. »

Parmi les clients, on croise quelques Français qui ont bravé le confinement pour venir skier en Suisse. Mais la station de Verbier ne s'attend pas pour autant à un afflux de touristes étrangers. En cause, les incertitudes liées à l'ouverture des frontières en Europe.

► (Ré)écouter : Une deuxième vague de Covid-19 démarre en Suisse