SNCF : de nouvelles perturbations attendues pour le Nouvel An sur l'axe Atlantique

Lionel Urman / Panoramic / Bestimage

Le 24 et le 25 décembre 2022, deux TGV sur cinq étaient supprimés suite à un mouvement de grève des contrôleurs SNCF. Le porte parole du gouvernement, Olivier Véran, réagissait alors de façon virulente, sur France Inter, le 21 décembre 2022, en affirmant qu'on ne "fai[sai]t pas grève un jour de noël". Dans un article sur le sujet, le même jour, France 24 rapportait un autre réaction d'un membre du gouvernement, Christophe Chénu : "Je pense que décider de faire grève un 24 et un 25 décembre, cela abîme le droit de grève. Après les années que l'on a connues, il y a ce besoin de se retrouver. (...) 200 000 Français qui ne vont pas pouvoir prendre leur train pour passer Noël avec leurs proches, ce n'est pas digne". Une bonne nouvelle se dégageait néanmoins à la suite de ces fortes perturbations : la SNCF promettait en effet de rallonger le délai de demandes de compensation et "d'indemniser à 200% chaque voyageur ayant voyagé."

Malgré la pression du gouvernement pour éviter un nouveau scénario catastrophe, la veille du jour de l'An 2022 sera victime d'un autre mouvement de grève orchestré cette fois-ci par les aiguilleurs. Celui-ci sera néanmoins plus ciblé puisqu'il touchera seulement la ligne à grande vitesse Atlantique, le 31 décembre 2022 et le 1er janvier 2023. Le Parisien précise, jeudi 29 décembre 2022, les raisons de cette grève. "Garants des itinéraires et de la bonne marche des trains en temps réel, les aiguilleurs multiplient les mouvements sociaux depuis plusieurs semaines, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite