La sociologue Diana E. H. Russel, qui a popularisé le terme “féminicide”, est décédée

Mathieu Dejean
·1 min de lecture
(ALFREDO ESTRELLA / AFP)
(ALFREDO ESTRELLA / AFP)

Elle a voué sa vie à se battre contre les crimes et les violences faites aux femmes. La sociologue et militante féministe Diana E. H. Russel est décédée le 28 juillet à Oakland (Californie), d'une insuffisance respiratoire. Née en 1938 au Cap, en Afrique du Sud, elle a rejoint l'Université d'Harvard en 1963, où elle a étudié la sociologie et les mouvements révolutionnaires - le mouvement anti-apartheid en Afrique du Sud, en particulier.

Elle a popularisé le terme “féminicide”

A partir de 1977, elle s'est consacrée entièrement à mener 900 entretiens approfondis avec des femmes, dont elle a tiré plusieurs ouvrages, qu'énumère sa page officielle : Rape in Marriage (1982), Sexual Exploitation : Rape, Child Sexual Abuse, Workplace Harassment (1984), et The Secret Trauma (1986) - la première étude scientifique sur l'inceste. Diana E. H. Russel est passée à la postérité en redéfinissant et en popularisant le mot “féminicide”, ces “meurtres de femmes commis par des hommes parce que sont des femmes”. Ces meurtres sont “motivés par la haine, le mépris, le plaisir ou le sentiment d'appropriation des femmes”.

>&g

Lire la suite sur lesinrocks.com