#Sofagate : la provocation sexiste subie par Ursula von der Leyen massivement condamnée

ELLE avec AFP
·1 min de lecture

Lors d’une rencontre à Ankara, la présidente de la Commission européenne a été reléguée à une place sur le canapé, tandis que le président du Conseil européen a eu droit à une chaise, aux côtés du président turc. Un affront protocolaire largement dénoncé comme sexiste.  

« Humiliation », « provocation », « mépris » ... L’affront infligé à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, placée mardi par le protocole en retrait sur un divan lors de la réunion des présidents des institutions de l'Union européenne avec le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara, a provoqué une polémique et beaucoup de ressentiment. « La présidente von der Leyen a été surprise. Elle a décidé de passer outre et de donner la priorité à la substance. Mais cela n'implique pas qu'elle n'accorde pas d'importance à l'incident », a réagi mercredi son porte-parole Éric Mamer. 

Lire aussi >> À l’Assemblée nationale, la loi du sexisme

La scène, filmée et largement diffusée, a suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. Sous le hashtag #Sofagate, plusieurs personnalités ont dénoncé l'inégalité de traitement entre les deux chefs des institutions européennes, et le caractère sexiste de l’incident. 

Qu’est ce que le privilège masculin? C’est pouvoir profiter du bon gros machisme de quelques uns pour écraser sa rivale et se hisser dans le fauteuil des chefs, la conscience tranquille. Être un homme Feministe c’est refuser ce privilège injuste. https://t.co/FaeDQREVWW

— Anne-Cécile Mailfert (@AnneCMailfert) April 7, 2021

Des trônes pour les hommes. Le canapé pour les femmes. Le mépris d’#Erdogan pour l’Europe et ses valeurs démocratiques, égalitaires, en une image....

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi