La solitude et les ruptures nuisent davantage à la santé des hommes qu'à celle des femmes

·2 min de lecture
La fin d'une relation amoureuse n'a pas le même effet selon le sexe des individus. | Henri Pham via Unsplash

Plus de deux désunions et sept ans de solitude au cours de leur vie adulte se traduisent par un niveau d'inflammation plus élevé.

La nouvelle a de quoi bousculer certaines idées reçues. Sur un plan médical en général et inflammatoire en particulier, les peines de cœur et les années de célibat sont plus dommageables à la santé des hommes qu'à celle des femmes.

Telle est la conclusion d'une vaste étude danoise, menée sur près de 10.000 personnes âgées de 48 à 62 ans et dont les résultats viennent d'être publiés le 10 janvier dans le Journal of Epidemiology & Community Health. Un effet d'autant plus significatif que les sujets, en vingt-six ans de vie adulte, avaient connu au moins deux ruptures et sept ans de solitude. Et une association d'autant plus solide qu'ils étaient diplômés.

Que le divorce ou, plus généralement, la fin d'une relation amoureuse ait des effets délétères sur la santé physique et mentale n'a rien d'un scoop. On sait notamment que ces événements peuvent se traduire par une baisse de l'immunité et une augmentation du risque de mortalité à court terme. Et que l'effet n'a pas la même force selon le sexe des individus –le relativement plus faible étant ici le masculin. Par exemple, en 2008, dans une large étude menée sur près de 400.000 couples américains, les médecins et sociologues Felix Elwert et Nicholas Christakis avaient pu montrer que, chez les veufs, le décès de leur épouse était associé à une augmentation de 18% du risque de mourir dans l'année, contre 16% chez les veuves.

Un chagrin externalisé

Dans le travail qui nous occupe, les chercheurs de l'université de Copenhague, dirigés par Rikke Lund, ont voulu analyser l'impact du nombre cumulé de ruptures ou d'années de solitude sur le système immunitaire, et savoir si le sexe et le niveau d'éducation entraient en ligne de compte.

Pour ce faire, ils ont rassemblé des informations sur les arrêts de relation (dont 83 décès) auprès de 4.612 personnes (3.170 hommes...

Lire la suite sur Slate.fr.

VIDÉO - A Rome, on paie pour recevoir un peu de tendresse

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles