Sommeil, vie nocturne, comment le Covid nous a assagis [EXCLUSIF]

·4 min de lecture

Moins de sorties mais, parfois, plus d'alcool, moins de sport et une alimentation moins saine. Un sondage exclusif pour Le HuffPost scanne les modes de vie des Français.

COVID - Paul, 34 ans, agent immobilier dans les beaux quartiers parisiens, est du genre fêtard. Quand les bars ont rouvert en juin 2021, il était parmi les premiers à en profiter jusqu’au petit matin. Mais depuis, entre sa fille de 2 ans et demi et ses bonnes habitudes de couchers tôt prises au fil des confinements et couvre-feux, les sorties se sont raréfiées. 

On est loin de sa vie palpitante avant la pandémie, mais ”ça m’a fait du bien”, admet-il. Dix-huit mois après l’arrivée du Covid, “le monde d’avant” comme on a pris l’habitude de l’appeler est encore un doux souvenir. La question, cependant n’est plus de savoir si on y reviendra, mais ce qu’on en gardera. 

23% des 25-34 ans se couchent plus tôt

Se coucher plus tôt, sortir moins souvent, avoir une alimentation parfois plus saine, comme le révèle une étude exclusive réalisée par l’institut YouGov pour Le HuffPost, le Covid n’a pas bousculé entièrement nos habitudes sociales, mais les a en partie assagies, notamment pour les jeunes urbains. 

Prenons donc l’heure à laquelle, nous allons dormir. Comme Paul, 20% des habitants d’une grande ville interrogés dans ce sondage disent se coucher désormais plus tôt qu’avant la pandémie. Ce chiffre grimpe à 21% pour les 18-34 ans dont 23% pour les 25-34 ans, une tranche d’âge où la vie sociale nocturne est généralement très prenante. Au global, 12% des Français se couchent désormais plus tôt. 

Justement pour ce qui est de notre vie sociale nocturne, même si les lieux de sortie ont rouvert aux beaux jours, la fête ne bat peut-être plus aussi fort qu’auparavant. 45% des Français disent sortir moins souvent qu’avant la pandémie le soir. Un chiffre qui est stable pour tous les âges sondés par l’étude YouGov. 51% des Français disent aussi limiter le nombre de convives qu’ils reçoivent chez eux qu’il s’agisse de famille ou d’amis. 

Plus d’alcool et moins de sport

Valentin, 28 ans, est journaliste. Avant la pandémie, son quotidien était rythmé par de trépidantes soirées jusqu’au petit matin. Désormais, si l’envie est toujours là, l’offre n’est plus aussi riche qu’auparavant, notamment dans la communauté queer dont il fait partie. “La fête a repris cet été, mais pas autant qu’avant le Covid. Je ressors beaucoup, mais au final un peu moins qu’avant, car il y a moins de soirées.”

Moins de sorties et moins d’alcool? Pas vraiment. Depuis le dernier confinement, 84% des personnes interrogées n’ont en effet pas augmenté leur consommation d’alcool, depuis la réouverture des bars et restaurants, ils sont 87%. Mais, sans surprise, les 18-34 ans sont les plus nombreux à boire plus qu’avant (27%), comme les étudiants (29%), les personnes avec enfants (17%) et les personnes vivant dans une grande ville (23%). 

Ces catégories-là étaient dans le viseur de Santé Publique France qui alertait déjà sur le regain de consommation d’alcool en mai 2020. Ce sont les mêmes catégories de personnes qui disent aussi faire moins de sport qu’avant le Covid. 32% des 18 - 34 ans sont dans ce cas-là par exemple. 

Le contenu de nos assiettes a aussi évolué avec le Covid. Encore une fois, les vingtenaires et trentenaires sont les plus sensibles à ces changements. 29% des 18-24 ans assurent que leur alimentation est moins saine. Chez les 25 - 34 ans, ils sont 23% à être de cet avis, mais aussi 38% à trouver qu’ils mangent plus sainement. 

Preuve que l’on s’adapte, forcés et contraints à ces transformations, le Covid disparaît aussi progressivement du devant de la scène. Il devient une normalité. Pour 61% des Français, le Covid n’est plus un sujet central des conversations amicales et familiales. 55% des personnes sondées consacrent moins de cinq minutes à ce sujet dans leurs discussions. 

Pour en savoir plus sur ce type de sondages, cliquez ici.

   

A voir également : 50 millions de vaccinés: la course de graphique qui montre la remontada française

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Je crains une explosion des troubles psychologiques dans les 18 prochains mois" :

undefinedundefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles